Aider au diagnostic des troubles mentaux avec Kinect

Partagez cet Article

Auteur :

Patrick Mallea

Mots-Clés :

Kinect Mircosoft

Kinect et le Professeur Papanikolopoulos

C’est à l’Université du Minnesota que le Professeur en informatique Nikolaos Papanikolopoulos a permis d’économiser plus de $ 100,000 en utilisant le Kinect de Microsoft comme outil principal de ses recherches. Il ne l’emploie non pas comme un jeu, mais comme un outil de santé qui pourrait un jour simplifier les diagnostics des troubles mentaux chez les enfants.

Le Professeur Papanikolopoulos est spécialisé dans la robotique, la vision par ordinateur et les capteurs liés à la mobilité. Il est directeur du programme « Center for Distributed Robotics and leads the Security in Transportation Technology Research and Applications » (SECTTRA).

Plusieurs chercheurs d’horizons différents collaborent ensembles autour d’un projet visant à explorer l’utilisation de la technologie pour diagnostiquer les enfants qui présentent des symptômes d’une série de troubles mentaux, y compris les troubles obsessionnels-compulsifs (TOC) et les troubles déficitaires de l’attention (l’hyperactivité).
Pour diagnostiquer ce genre de troubles mentaux, une évaluation écrite du patient est habituellement suffisante. Mais un enfant de 6 ans n’est pas en mesure de remplir cette évaluation. Au lieu de cela, un médecin peut parler à l’enfant ainsi qu’avoir une entrevue avec ses parents et ses enseignants (dans les cas extrêmes, un médecin peut observer l’enfant dans la salle de classe).

La plupart du temps, si un enfant a des TOC, les symptômes sont très visibles, mais parfois il est plus difficile de le diagnostiquer.
D’après le Professeur Nikolaos Papanikolopoulos, à l’aide du système Kinect, les médecins pourraient obtenir des informations simplifiées afin d’aider au diagnostic.

C’est à « l’University’s Center for Distributed Robotics« , que le système est développé. Le système de surveillance vidéo est composé de plusieurs caméras Kinect stationnées autour d’une petite pièce qui enregistrent les activités d’un enfant jouant avec des jouets « sans intrusion ».

Le système initialement prévu qui coûte plus de $ 100,000 nécessite la fixation de capteurs sur la peau de l’enfant. Ce qui pourrait nuire à l’expérience en raison de la nature intrusive, dit le chef de projet Vassilios Morellas.
« Nous avons trouvé un langage commun entre les comportements, les données cliniques et les données techniques », a déclaré Vassilios Morellas.

Laisser l’enfant dans un état libre est une des clés de la recherche, a-t-il dit.

« L’utilisation de Kinect est un pas en avant énorme, » a déclaré le Professeur Papanikolopoulos.

D’après lui, il envisage de commencer les essais d’ici six mois.

« Quelque chose que nous pouvons faire dans trois ans, nous pouvons le faire aujourd’hui grâce à la technologie qui était destinée à l’industrie du jeu » déclare-t-il avec un sourire. « Je ne pense pas que Microsoft s’est rendu compte que Kinect est quelque chose qui pourrait changer la médecine ».
Kinect est outil de plus en plus utilisé dans la domaine de la recherche médicale, c’est un formidable outil que nous allons continuer de suite.

Sources :

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *