Une caméra miniature pourrait permettre le développement de faible coût des dispositifs jetables et des capacités d’imagerie.

BC Tech (Santa Cruz, CA), un développement de produits externalisés et de fabrication du marché, a introduit la vidéo au Scout le marché des dispositifs médicaux. La miniature à usage unique module caméra vidéo est conçue pour s’insérer dans une variété de produits médicaux jetables.

«Les entreprises peuvent intégrer la médecine Scout de vidéos avec des outils de biopsie, baguettes d’ablation, des cathéters, des coupeurs de tissu, des étendues, et plus », a déclaré Charlie Skinner, vice-président du développement commercial. «Nous sommes convaincus que ce type de technologie d’imagerie à faible coût marquera le début d’une nouvelle vague de produits médicaux jetables avec appareil photo intégré vidéo. »

L’appareil, selon la société, a le potentiel de l’impact de l’industrie des dispositifs médicaux de nombreuses façons. Par exemple, le fabricant émet l’hypothèse que parce que la caméra facilite le développement de faible coût, de l’imagerie compatible appareils de diagnostic, de soins de santé dans les pays en développement pourrait être améliorée. Le produit à bas coût pourrait aussi permettre de renforcer ces dispositifs jetables à devenir plus courante dans les cabinets de médecins et au point de soins, et non pas uniquement dans les suites chirurgicales.

Conçu avec un 3 mm de diamètre, l’éclaireur vidéo est un des appareils les plus petits de l’existence, en fonction de la Colombie-Britannique Tech. Autres caractéristiques de la technologie de l’imagerie au quad éclairage LED, un bouchon hermétique biocompatible, un terrain de 74.5 ° de vue, et la qualité d’image élevée. En outre, CMOS du module capteur fournit 400 × 400 pixels à 30 images par seconde.

Source: Medical Device Link 08/01/10

Quel est ce médicament?

CÉFACLOR est un antibiotique céphalosporine. Il est utilisé pour traiter les infections de la peau, des voies respiratoires, des sinus, des oreilles et des voies urinaires. Il ne fonctionne pas pour les rhumes, la grippe, ou les autres infections virales.

Que devrais-je mentionner à mon professionnel de la santé avant de prendre ce médicament?

Il doit savoir si vous avez l’une des conditions suivantes:

problèmes de saignement

diarrhée

maladie des reins

problèmes d’estomac ou d’intestins (surtout les colites)

une réaction inhabituelle ou allergique au céfaclor, à d’autres antibiotiques céphalosporines, à la pénicilline, pénicillamine, à d’autres aliments, colorants ou préservatifs

si vous êtes enceinte ou que vous essayez de tomber enceinte

si vous allaitez

Comment devrais-je prendre ce médicament?

Prenez ce médicament par voie orale avec un verre d’eau. Ce médicament peut être pris avec ou sans nourriture. Si vous avez des maux d’estomac, cela pourrait vous aider de le prendre avec de la nourriture. Prenez vos doses à intervalles réguliers. Ne prenez pas vos médicaments plus souvent qu’on ne vous l’indique. Terminez votre traitement tel que prescrit même si vous croyez que votre infection est guérie. Ne sautez pas de doses et ne cessez pas votre traitement plus tôt que prévu.

Parlez à votre pédiatre si ce médicament doit être utilisé pour des enfants. Une attention spéciale peut être requise. Ce médicament peut être prescrit pour des conditions médicales précises, mais des précautions s'appliquent.

Surdosage: Si vous croyez avoir pris une dose excessive de ce médicament, contactez un centre anti-poison ou une urgence d’hôpital le plus tôt possible.

NOTE: Ce médicament est uniquement pour vous, ne le partagez pas avec autrui.

Que dois-je faire si j’oublie de prendre une dose?

Si vous oubliez de prendre une dose, prenez-la le plus tôt possible. Si le temps est presque venu de prendre votre prochaine dose, prenez seulement cette dose. Ne prenez pas de dose en double ou de doses supplémentaires. Il devrait y avoir un délai d’au moins 4 heures entre les doses.

Qu’est-ce qui peut interagir avec ce médicament?

autres antibiotiques

probénécide

Cette liste n’est pas exhaustive. Fournissez à vos professionnels de la santé une liste de tous les médicaments, herbes, médicaments sans prescription et suppléments alimentaires que vous utilisez. Mentionnez-leur également si vous fumez, buvez de l’alcool, ou utilisez des drogues illégales. Certains de ces éléments peuvent interagir avec vos médicaments.

À quels éléments devrais-je être vigilant pendant la prise de ce médicament?

Avertissez votre médecin ou professionnel de la santé si vos symptômes ne s’améliorent pas en quelques jours.

Si vous êtes diabétique, vous pourriez avoir de faux résultats positifs pour le sucre dans votre urine. Vérifiez avec votre médecin ou professionnel de la santé avant de modifier votre diète ou la dose de votre médicament pour le diabète.

Quels sont les effets secondaires que je pourrais observer lors de l’utilisation de ce médicament?

Voici les effets secondaires que vous devriez mentionner à votre médecin ou professionnel de la santé le plus tôt possible:

réactions allergiques telles qu’une irritation de la peau, des démangeaisons de la peau, de l’urticaire, de l’enflure au visage, aux lèvres, ou à la langue

problèmes respiratoires

étourdissements

fièvre ou frissons

rougeur, formation d’ampoule, desquamation ou relâchement de la peau, incluant à l’intérieur de la bouche

convulsions

diarrhée sévère ou qui contient beaucoup d’eau

douleur ou crampes d'estomac

maux de gorge

articulations enflées

difficulté à uriner ou changement dans la quantité d'urine

saignement ou ecchymose inhabituels

fatigue ou faiblesse inhabituelles

Voici les effets secondaires qui ne nécessitent habituellement pas d’attention médicale (informez-en votre médecin ou professionnel de la santé si les symptômes persistent ou sont désagréables):

gaz ou brûlure d'estomac

maux de tête

nausée, vomissements

Cette liste n’est pas exhaustive.

Où puis-je conserver ce médicament?

Garder hors de la portée des enfants.

Entreposer à la température ambiante entre 15 et 30 degrés Celsius (59 et 86 degrés Fahrenheit). Jeter toutes doses non utilisées après la date d’expiration

Partagez cet Article

Auteur :

Patrick Mallea

Mots-Clés :

Kinect Mircosoft

Kinect et le Professeur Papanikolopoulos

C’est à l’Université du Minnesota que le Professeur en informatique Nikolaos Papanikolopoulos a permis d’économiser plus de $ 100,000 en utilisant le Kinect de Microsoft comme outil principal de ses recherches. Il ne l’emploie non pas comme un jeu, mais comme un outil de santé qui pourrait un jour simplifier les diagnostics des troubles mentaux chez les enfants.

Le Professeur Papanikolopoulos est spécialisé dans la robotique, la vision par ordinateur et les capteurs liés à la mobilité. Il est directeur du programme « Center for Distributed Robotics and leads the Security in Transportation Technology Research and Applications » (SECTTRA).

Plusieurs chercheurs d’horizons différents collaborent ensembles autour d’un projet visant à explorer l’utilisation de la technologie pour diagnostiquer les enfants qui présentent des symptômes d’une série de troubles mentaux, y compris les troubles obsessionnels-compulsifs (TOC) et les troubles déficitaires de l’attention (l’hyperactivité).
Pour diagnostiquer ce genre de troubles mentaux, une évaluation écrite du patient est habituellement suffisante. Mais un enfant de 6 ans n’est pas en mesure de remplir cette évaluation. Au lieu de cela, un médecin peut parler à l’enfant ainsi qu’avoir une entrevue avec ses parents et ses enseignants (dans les cas extrêmes, un médecin peut observer l’enfant dans la salle de classe).

La plupart du temps, si un enfant a des TOC, les symptômes sont très visibles, mais parfois il est plus difficile de le diagnostiquer.
D’après le Professeur Nikolaos Papanikolopoulos, à l’aide du système Kinect, les médecins pourraient obtenir des informations simplifiées afin d’aider au diagnostic.

C’est à « l’University’s Center for Distributed Robotics« , que le système est développé. Le système de surveillance vidéo est composé de plusieurs caméras Kinect stationnées autour d’une petite pièce qui enregistrent les activités d’un enfant jouant avec des jouets « sans intrusion ».

Le système initialement prévu qui coûte plus de $ 100,000 nécessite la fixation de capteurs sur la peau de l’enfant. Ce qui pourrait nuire à l’expérience en raison de la nature intrusive, dit le chef de projet Vassilios Morellas.
« Nous avons trouvé un langage commun entre les comportements, les données cliniques et les données techniques », a déclaré Vassilios Morellas.

Laisser l’enfant dans un état libre est une des clés de la recherche, a-t-il dit.

« L’utilisation de Kinect est un pas en avant énorme, » a déclaré le Professeur Papanikolopoulos.

D’après lui, il envisage de commencer les essais d’ici six mois.

« Quelque chose que nous pouvons faire dans trois ans, nous pouvons le faire aujourd’hui grâce à la technologie qui était destinée à l’industrie du jeu » déclare-t-il avec un sourire. « Je ne pense pas que Microsoft s’est rendu compte que Kinect est quelque chose qui pourrait changer la médecine ».
Kinect est outil de plus en plus utilisé dans la domaine de la recherche médicale, c’est un formidable outil que nous allons continuer de suite.

Sources :